Tout ce qu'il faut savoir sur le nouveau fair-play financier proposé par l'UEFA

La version actuelle du fair-play financier a été mise en pause par la pandémie de Covid-19. Mais à la fin de la saison, le président de l'UEFA veut mettre en place une nouvelle version de ce système en y rajoutant une "taxe de luxe".


Le dispositif de contrôle financier n'a pas été oubliée, loin de là. C'est même une nouvelle version de ce système qui devrait bientôt être mise en place, comme l'a expliqué le président de l'UEFA Aleksandr Ceferin au JDD « Ce sera au menu du comité exécutif (de l'UEFA) en mars ou en mai. Nous devrions avoir une solution d'ici à la fin de saison. »

Une nouvelle formule qui se veut plus équitable

Cette nouvelle formule est sensée pouvoir "trouver des façons d'améliorer l'équilibre concurrentiel. Réfléchir au fait que les mêmes cinq clubs ne peuvent pas toujours gagner".

Ceferin espère aussi atteindre un autre objectif :"Le plus gros challenge derrière tout ça, c'est que vous devez permettre les investissements – sinon ils iront ailleurs – mais que vous devez aussi les contrôler".

Une "taxe de luxe" pour les plus riches

C'est pourquoi l'idée d'imposer une Luxury tax, utilisée dans les sports nord-américains, revient souvent dans les discussions. L'idée a le mérite d'être étudiée mais les plus gros clubs capables de la payer ne seraient pas vraiment handicapés par cette mesure.

Le président de l'UEFA ne nie pas mais affirme que l'argent serait redistribué entre les clubs qui respectent le fair-play financier : "C'est vrai mais, d'un autre côté, si cet argent est redistribué aux autres clubs, ça leur profitera aussi. [...] L'idée – et je ne sais pas si la luxury tax verra le jour – est que ce soit un pourcentage très élevé et que tout aille à ceux qui respectent le fair-play financier. C'est une voie, mais il y en a d'autres". Dossier à surveiller en attendant la fin de saison.

Pour en savoir plus sur nos maillots mystères :

(cliquez sur l'image ci-dessous)

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés